Archives des actualites

Elisée Reclus – La Passion du Monde : Le mardi 17 mars 2015 à 18h amphi 302


Projection - Débat  en présence de :
Nicolas EPRENDRE (réalisateur de documentaire et opérateur de prise de vue sur de nombreux films documentaires ou de fiction)

Philippe PELLETIER (géographe, docteur en géographie, Professeur à l’université Lyon 2, membre du laboratoire EVS)

Invités par Pierre Chabard (Thème « Théorie et critique »)

Affiche

Elisée Reclus, géographe et anarchiste français (1830-1905) est l’auteur d’une œuvre colossale (composée en particulier des 19 volumes de sa Nouvelles géographie universelle publiée entre 1876 et 1894). Grand voyageur, travailleur inlassable, libre penseur et militant internationaliste, il fut notamment parmi les premiers à analyser l’un des phénomènes géographiques majeurs de son temps : l’urbanisation critique des grandes villes industrielles et, plus généralement, la transformation massive des paysages à l’ère de la machine. Initiateur des mouvements anarchistes, féru de naturalisme et d’évolutionnisme, il envisageait le milieu urbain et géographique comme un complexe en évolution, en interaction permanente avec le vivant, et il l’analysait dans ses dimensions à la fois spatiale et temporelle, naturelle et humaine, sociale et politique.

Confrontés à une autre crise, environnementale et globale celle-ci, replongeons-nous dans l’œuvre d’Elisée Reclus avec le cinéaste Nicolas Eprendre, réalisateur du film « Elisée Reclus – la passion du Monde » et le géographe Philippe Pelletier, qui lui a consacré de nombreux écrits.

 

Projection du film :

Elisée Reclus – La Passion du Monde

(France, 2012, 52 minutes)

Le film de Nicolas Eprendre fait le portrait d’une personnalité peu banale, tout à la fois grand voyageur, scientifique reconnu et homme de conviction. Les photographies de Nadar nous transmettent un regard plein de bonhomie et d’acuité. La voix de Carlo Brandt donne vie à des pages qui mêlent poésie et humour, pensée scientifique et politique. Hélène Sarrazin (biographe), Kenneth White (écrivain), Philippe Pelletier et Federico Ferretti (géographes), dressent tour à tour la figure d’un homme qui nous est proche, et dont les analyses font échos aux nôtres en ce début de 21e siècle.

52 minutes, France, 2012

Réalisateur : Nicolas Eprendre

Image : Nicolas Rideau

Montage : Christine Bouteiller

Musique : Olivier Cahours

Coproduction : Antoine Martin Production / Vosges Télévision Image Plus

Avec la participation de : TLSP

Avec le soutien du CNC et du Pôle Image Haute-Normandie

Site du film : https://sites.google.com/site/filmreclus/home

 

 


 

Quelques publications de Philippe Pelletier sur Elisée Reclus

PELLETIER (Philippe), « Géographe ou écologue ? Anarchiste ou écologiste ? », Itinéraire, n°14/15, 1998, pp.29-39

PELLETIER (Philippe), « La ville et la géographie urbaine chez Elisée Reclus et à travers son époque », Réfractions, n°4, automne 1999, pp.17-24

PELLETIER (Philippe), Elisée Reclus, géographie et anarchie, Paris, Editions du Monde Libertaire, 2009

PELLETIER (Philippe), Géographie et anarchie : Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Paris, Editions du Monde Libertaire, 2013

LEFORT (Isabelle) et PELLETIER (Philippe) (dir.), Elisée Reclus et nos géographies, textes et prétextes, Paris, Editions Rouge et Noir, 2013

FERRETTI (Frederico) et PELLETIER (Philippe), « Sciences impériales et discours hétérodoxes : Élisée Reclus et le colonialisme français », L’Espace géographique, 2013, n°1, pp.1-14

 


Bibliographie sélective

 

Ecrits de Elisée Reclus sur la ville

-         « De L’action de l’homme sur la géographie physique », La Revue des Deux Mondes, décembre 1864, pp.762-771

-         « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », La Revue des Deux Mondes, mai 1866, pp.351-357 et 371-377

-          « La Cité du bon accord », The Evergreen. A Northern Seasonal : the Book of Autumn, 1895, pp.103-106

-          « The Evolution of Cities », Contemporary Review, vol.LXVII, février 1895, pp.247-264 (traduit en français dans Marcel Roncayolo et Thierry Paquot (dir.), Villes et civilisation urbaine, XVIIIe-XXe, Paris, Larousse, 1992, pp.158-173)

-          Le renouveau d’une cité (avec Elie Reclus), Paris, Editions de la Société nouvelle, 1896

-          L’homme et la Terre, tome 6, chapitre II « Répartition des hommes », Paris, Librairie Universelle, 1905, pp.335-376

 

Extraits :

« À mesure que les hommes modifient leur propre idéal de vie, ils doivent nécessairement faire évoluer, en accord avec celui-ci, cette « corporéité » élargie que constitue leur habitat. La ville reflète l’esprit de la société qui l’a créée »

(Elisée Reclus, « L’Evolution des villes », 1895)

 

 

«La question de savoir ce qui dans l’œuvre de l’homme sert à embellir ou bien contribue à dégrader la nature extérieure peut sembler futile à des esprit soi-disant positifs : elle n’en a pas moins une importance de premier ordre. Les développements de l’humanité se lient de la manière la plus intime avec la nature environnante. Une harmonie secrète s’établit entre la terre et les peuples qu’elle nourrit, et quand les sociétés imprudentes se permettent de porter la main sur ce qui fait la beauté de leur domaine, elle finissent toujours par s’en repentir. Là où le sol s’est enlaidi, là où toute poésie a disparu du paysage, les imaginations s’éteignent, les esprits s’appauvrissent, la routine et la servilité s’emparent des âmes et les disposent à la torpeur et à la mort.»

(Elisée Reclus, « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », 1866)

 

« Devenu  « la conscience de la terre, » l’homme digne de sa mission assume par cela même une part de responsabilité dans l’harmonie et la beauté de la nature environnante. Toutefois, il faut le dire, les peuples qui sont aujourd’hui à l’avant garde de l’humanité ne se préoccupent en général fort peu  de l’embellissement de la nature. Beaucoup plus industriels qu’artistes, ils préfèrent la force à la beauté. Ce que l’homme veut aujourd’hui, c’est adapter la terre à ses besoins et d’en prendre possession complète pour en exploiter les richesses immenses. »

(Elisée Reclus, « De L’action de l’homme sur la géographie physique », 1864)

 

 


Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-La Villette
144 avenue de Flandre - 75019 Paris - Tel : +33-1 44 65 23 00
Webmaster : Aurélie Fabijanec