Archives des actualites

Le laboratoire GERPHAU a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de doctorat en architecture de Madame Paola FIGUEROA : le 21 mars


Trans-former Cali avec la Salsa comme force

Thèse présentée en cotutelle sous la direction de Chris Younès (ENSA Paris-La-Villette) et Stéphane Bonzani (ENSA Clermont-Ferrand)

le jeudi 21 mars à 14h30 dans les locaux du GERPHAU, au sein des laboratoires de recherche de l'ENSA Paris-La-Villette (118-130 Avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris). cf plan joint

 

 

Composition du jury: 

- Chris YOUNÈS, Docteure et HDR en Philosophie, Professeure émérite à l'ENSA Paris-La-Villette (directrice)

- Stéphane BONZANI, Architecte, Docteur en Philosophie, Professeur à l'ENSA Clermont-Ferrand (co-directeur)

- Manuel BELLO-MARCANO, Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Maître assistant à l'ENSASE Saint-Étienne

- Thierry PAQUOT, Philosophe, Professeur émérite à l'Institut d'Urbanisme de Paris (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne)

- Silvana SEGAPELI, Architecte, Docteure en Projet Architectural et Urbain, Maître de conférences à l'ENSA Saint-Étienne

- Alejandro ULLOA, Docteur en Communication et Culture, Professeur à l'École de Communication, Universidad del Valle, Cali - Colombie 

 

 

Résumé : La ville de Cali en Colombie abrite des imaginaires contrastés qui se télescopent. D’un côté, la ville populaire bénéficie d’une ambiance festive et décontractée qui esquisse l’image d’un Cali chaleureux et accueillant nourri par les échanges issus de la musique et la danse. En parallèle, un Cali déstabilisé par la ségrégation socio-économique se révèle par la division de son espace urbain et la sectorisation de ses rencontres. En effet, Cali s’est consolidé avec une multiplicité de contrastes : une urbanisation massive au cours du XXème siècle issue des migrations internes occasionnant des conflits socio-spatiaux, mais qui apportent en même temps la diversité culturelle qui accueille la musique des Caraïbes pour construire avec elle la culture musicale de la ville.  Une musique étrangère devient alors le symbole de la culture populaire de la nouvelle ville. La Salsa s’installe à Cali construisant avec ses habitants un imaginaire qui encourage d’autres formes de relations sociales. Un temps d’interaction porté par la musique et la danse émerge et amorce un en-commun éphémère, et pourtant puissant, qui revitalise la ville. 

 

Cette thèse présente l’étude de la ville de Cali comme un cas représentatif des ressources et des potentialités de la ville pratiquée, sans pour autant rentrer dans une confrontation entre le formel et l’informel, souvent abordée dans le cadre de l’étude des villes latino-américaines. L’approche de Cali d’après la Salsa, et son positionnement en tant que ressource de la ville, s’inscrit dans une réflexion permettant l’exploration d’une architecture dufaire-avec, ouverte vers les ressources instables, éphémères, latentes des milieux habités. De cette manière amorcer une pratique architecturale motrice de régénération et de renouvellement capable de faire-avec les ressources des milieux habités. 

 

Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-La Villette
144 avenue de Flandre - 75019 Paris - Tel : +33-1 44 65 23 00
Webmaster : Aurélie Fabijanec